...un article de Youssouf Alhaji Ami, de l'ONG TAGASTE, sur un site à découvrir: Pas pour des prunes (une véritable invitation au voyage...)


La période entre juillet et septembre est un moment capital dans la vie des éleveurs nomades. Vivant dans l’un des environnements les plus arides de la planète, les Peulhs et les Touaregs, qui constituent la classe pastorale du Niger, sont confrontés à des difficultés dans l’exercice de leur activité en dehors de la saison des pluies.

Après les premières pluies, à peine le couvert végétal installé, les hommes et les animaux convergent vers les marais salés de la région d Ingall, riches en sels minéraux indispensables pour les animaux. Au cours de ce déplacement, les hommes sont en tête et sont chargés de conduire les animaux à pied ou à chameau. Les femmes, qui sont responsables de la tente, suivent sur leurs ânes et transportent le matériel de la maison.

La disponibilité de l’eau et du pâturage en abondance facilite le travail des éleveurs qui profitent alors de cette période de retrouvailles pour organiser de grandes fêtes à la moindre occasion. Beaucoup de mariages sont célébrés durant cette période. On organise des “tendé” (soirées de chants et de danses traditionnels au son du tambour qui donne son nom à l’évènement), et des courses des chameaux. Pour les jeunes Touaregs, la transhumance est synome de distraction, car le moindre évènement donne lieu à une fête. Pour les jeunes femmes c’est le moment de se faire belles. Il est temps de sortir ses beaux habits, ses bijoux de valeurs et de bien harnacher sa monture puisque des rencontres surprises ne sont pas totalement exclues au cours de cette période.

La transhumance comporte trois étapes :
Tinnikerte
C’est le déplacement vers les marais salés. Les éleveurs se déplacent une fois par jour et c’est au cours de cette étape que sont organisées les grandes fêtes car l’eau est partout sur le chemin.

Eres
Après trois semaines de déplacement quotidien, les nomades s’établissent dans l’Irhazer pour environ un mois, afin que les animaux recupèrent leurs forces et profitent au maximum de l’eau et du pâturage salé qui contiennent des sels minéraux indispensables à leur santé. C’est à ce moment que les différents peuples nomades organisent l’évènement connu aujourd’hui sous le nom de “cure salée”. La cure salée officielle, organisée vers la mi septembre dans la ville d Ingall, s’inspire de la fête traditionnelle célébrée en brousse par les éleveurs. Pour assister à ces grands rassemblements nomades , il suffit de sortir de la ville d’Ingall et de se rendre dans des campements Touaregs. Fin septembre début octobre se déroulent aussi les “Guerouels” , fêtes Peulh Bororo où seule la beauté compte, puisqu’il s’agit de choisir l’homme le plus beau de l’année. Les candidats à la vedette de la beauté doivent chanter et danser plusieurs jours durant pour laisser le temps au jury de faire leur choix. C’est aux belles femmes qu’incombe cette responsabilité.

Aboulou
C’est le retour des éleveurs Touaregs à leur terroir d’attache. Ce déplacement s’effectue dans des conditions plus difficiles car l’eau commence à se faire rare sur le trajet . Les nomades doivent se déplacer deux fois par jour sur de grandes distances pour regagner leur puits le plus tôt possible.

Pour les Touaregs la transhumance est un atout pour le bon équilibre social et culturel, mais c’est aussi plus que ça, c’est même une raison de vivre, l’évènement le plus attendu de l’année dont la simple évocation les réconforte dans les moments les plus difficiles.